English

Historique de l’entreprise

En février 1965, Fernand Létourneau accepte un poste d’apprenti harmoniste chez Casavant Frères. Ses progrès dans plusieurs aspects du travail d’organier lui valent d’être désigné, en 1974, chef harmoniste et responsable de la finition sonore. Quatre ans plus tard, doté d’une bourse du Conseil des arts du Canada pour l’étude d’orgues historiques, il part pour l’Europe et visite, entre autres, des instruments d’Arp Schnitger, de Gottfried Silbermann et de François-Henri Clicquot. Ces premiers succès de Fernand Létourneau dans l’univers de la facture d’orgue à tuyaux éclairent la genèse des Orgues Létourneau.

En effet, de retour au Canada, Fernand Létourneau fonde à Ste-Rosalie, en janvier 1979, l’entreprise qui portera son nom. La première commande lui parvient du Conservatoire de musique in Hull, au Québec : il s’agit d’un orgue de travail de six jeux à traction mécanique et à tirage mécanique des jeux. Dans les années suivantes, la firme signe plusieurs contrats pour des instruments neufs destinés à l’Australie et au Canada. Cependant, l’une des plus prestigieuses réalisations de cette première décennie demeure la conception et l’installation de l’opus 10, un orgue mécanique pour l’église Christ Church de Vienne, en Autriche. À la même période, la compagnie déménage ses ateliers à Saint-Hyacinthe, au Québec, où elle est toujours implantée.

Le premier orgue Létourneau à faire son apparition aux États-Unis est exposé au congrès national 1990 de l’American Guild of Organists, tenu à Boston. L’intérêt que suscite cet instrument de 13 jeux se concrétise par des commandes d’orgues neufs pour le Michigan, la Virginie et le Texas. Une croissance spectaculaire s’ensuit pour l’entreprise tandis qu’elle construit l’orgue mécanique de l’école St. Paul’s Collegiate de Hamilton, en Nouvelle-Zélande (1991), et celui de la chapelle Damon Wells du Pembroke College d’Oxford, en Angleterre (1995). En 1988, la société livre son opus 58 à la cathédrale St. Andrew’s Anglican de Sydney, en Australie, lequel intègre 30 jeux et plusieurs sommiers provenant de l’ancien instrument William Hill de 1866.

L’équipe de Létourneau
devant l’opus 43 en 1995.

Au début du XXIe siècle, plus de 60 orgues Létourneau neufs voient le jour : la seule année 2000 marque l’achèvement des orgues de la cathédrale St. Mary’s de Sydney, en Australie, et de la chapelle royale de Saint-Pierre-aux-liens (St. Peter ad Vincula), église paroissiale de la Tour de Londres. Un an plus tard, l’entreprise termine deux orgues neufs pour le majestueux sanctuaire de l’église First Presbyterian de Greensboro, en Caroline du Nord. Les commandes de deux instruments destinés à des salles de concert suit de près : un orgue mécanique est installé au Legacy Hall du RiverCenter for the Performing Arts de Columbus, en Géorgie, puis un orgue de concert de 122 jeux est livré au Francis Winspear Centre for Music d’Edmonton, en Alberta.

C’est en 2005 que la compagnie exporte son troisième instrument vers l’Angleterre, un orgue mécanique à 3 claviers pour la chapelle du Selwyn College de l’Université de Cambridge. L’année suivante, le plus vaste instrument Létourneau construit à ce jour (144 rangs) prend place dans l’église épiscopale St. John the Divine de Houston, au Texas. En 2008, dans la première phase d’un projet à long terme, la cathédrale Christ the Light d’Oakland, en Californie, fait l’acquisition d’un orgue de chœur sorti des ateliers de Létourneau, lequel est suivi, deux ans plus tard, de l’opus 118 : doté de 90 rangs répartis dans sept divisions, l’instrument jouit d’une conception visuelle unique, résultat d’une collaboration avec l’architecte de la cathédrale, Craig Hartman. L’opus 107 destiné à la Christ Church United Methodist de Louisville, au Kentucky, et l’opus 96 construit pour la Christ Episcopal Church de Bradenton, en Floride, sont également représentatifs de cette période.

En août 2012, l’orgue de l’église épiscopale St. Paul’s de Murfreesboro, au Tennessee, est consacré avec la participation de la concertiste Wilma Jensen à la console. Quant à l’opus 122 de l’église Memorial Presbyterian de Midland, au Michigan, il est inauguré peu de temps après par David Baskeyfield dans deux concerts où il improvise l’accompagnement d’un film muet. En 2013, l’église Braddock Street United Methodist de Winchester, en Virginie, assiste à l’achèvement de l’opus 124 avec l’installation de la section du Choir et d’un jeu de Festival Trumpet en 8′. Plus tard la même année, un orgue neuf est érigé et harmonisé à l’église St. Bartholomew’s Anglican d’Ottawa, en Ontario.

De gauche à droite : David Dini (directeur),
Fernand Létourneau, David Heller (organiste)
et Andrew Forrest à la St. Mark’s School of Texas.

L’année 2014 est marquée par l’installation d’un instrument dans la chapelle de la St. Mark’s School of Texas, à Dallas, puis dans l’église St. Joseph de Greenwich Village, à New York. L’école St. Mark’s a la réputation d’être l’une des meilleures institutions d’enseignement pour garçons des États-Unis, avec son excellent programme de chant choral pour tous les âges. Situé dans la galerie arrière de la chapelle, l’orgue présente 61 rangs sur trois claviers manuels et pédale, et il est mis au point spécialement pour l’accompagnement. Celui de l’église St. Joseph est aussi juché dans la galerie arrière de cet édifice historique de Manhattan ; doté de 39 rangs, il est joué depuis une console reliée à l’instrument par une traction mécanique.

La restauration et la reconstruction d’instruments existants constituent un secteur important des activités des Orgues Létourneau : l’atelier a récemment procédé à une restauration complète de l’orgue de sanctuaire – le Casavant opus 1049 datant de 1924 – de la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec, au Québec. Une partie du projet consistait à refaire entièrement la console à deux claviers et à ajouter deux nouveaux jeux. Le dimanche de Pâques 2015, avec le titulaire Marc D’Anjou à la console, l’instrument a été consacré à l’occasion d’une messe présidée par l’archevêque de Québec.

En 2009, Létourneau a aussi restauré l’opus 1257 d’Æolian-Skinner’s au Byrnes Auditorium de la l’Université Winthrop de Rock Hill, en Caroline du Sud. Cet orgue de 65 rangs porte la signature stylistique très caractéristique du facteur G. Donald Harrison. Parmi les autres projets récents de restauration, mentionnons ceux de l’école Lawrenceville de Lawrenceville, au New Jersey ; de l’église First Presbyterian d’Englewood, au New Jersey ; enfin, des églises St-Pierre de Shawinigan, St. Mark’s Anglican de Dorval et St. James United de Montréal, au Québec.